10 000 litres d’horreur pure, Modeste contribution à une sous-culture

Publié le par zeb

horreurpure.jpgAprès leurs examens, cinq étudiants partent en week-end pour se détendre dans un chalet perdu en forêt au bord d’un lac. La première nuit, deux d’entre eux aperçoivent par la fenêtre une ombre qui les observe. Ils décident de la débusquer : TERRIBLE ERREUR !

La couverture ne vous ment pas, il s’agit bien là d’un hommage aux fameux slash movies américains. Vous savez les fameux films où un gros psychopathe (ou toute autre entité sadique) décide d'anéantir une troupe de débiles les uns après les autres en faisant gicler le sang partout (avec une tronçonneuse par exemple).
Ici nous avons affaire à une bande d’adolescents attardés qui se fait trucider dans un trou perdu au fin fond de nulle part sans que quiconque ne les entende crier.

Ca déborde de clichés, de rebondissements attendus, de flots d'hémoglobine et de sueurs de panique. On voit bien que l'auteur adore les slash movies car tout est référencé, codé et ça marche. Les personnages sont si stupide et maladroit et les situations tellement énormes qu'on ne peut que se marrer à gorge déployé.

Le texte est parsemé d'illustration de Blanquet dont le style très noir et organique ajoute une petite couche à l'ensemble.

Une petite descente en enfer ça fait du bien de temps en temps. Bien trash, bien drôle.

10 000 litres d’horreur pure, Modeste contribution à une sous-culture - Thomas Gunzig - Au Diable Vauvert

Publié dans Littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Danielle 05/03/2008 15:49

Bonjour ! un ptit coucou ! 

bon mercredi ! bisous !